Randonnée dans le cirque de Mafate

Fred le frère de Rudo qui vit à La Réunion avec sa famille nous a organisé un week-end randonnée dans le cirque de Mafate, l’un des joyaux de l’île. Pour cet habitué du Grand Raid surnommé “la diagonale des fous”, Mafate est son terrain de jeux et d’entraînement. Ici, la verticalité est partout et pour nous qui vivons dans les Pyrénées pourtant réputées montagnes les plus abruptes de l’hexagone, on s’est vite aperçu que nous étions plus baladeurs que randonneurs !

4 jours auparavant, on s’était testé en famille sur le Piton de la Fournaise, le volcan de l’ïle. Prévoyant, le vendredi soir, Fred avait prévu un bivouac dans le crique de Salazi afin d’éviter 2 heures de voiture le lendemain avant d’attaquer le sentier qui conduit au fond du cirque. L’occasion de camper pour toute la famille et pour les enfants de passer des moments privilégiés avec leurs cousins sous la tente après avoir dégustés de la guimauve caramélisée au feu de bois. Arrivés dans le nuage et juste avant la tombée de la nuit, ce n’est que le matin au réveil que nous avons pu apprécier la beauté des paysages.

Après 20 mn de voiture, nous nous garons le samedi matin sur le parking à 1650 m d’altitude, point de départ du sentier scout que nous allons “descendre” pour rejoindre le petit village d’Aurère où nous allons passer la nuit et dans lequel se déroule la 7ème édition du festival reggae DEKALAGE ORERE. Fred a prévu de faire une boucle pour éviter de faire deux fois le même sentier. Nous remonterons par le sentier Augustave. Au programme de la première journée, 950 m de dénivelé négatif, 350 m de positif, 8 km et 4h30 de marche.

Le soleil n’est pas au rendez-vous. Nous attaquons le sentier dans le nuage et nous randonnons sous une pluie fine sur une bonne partie du sentier. Les paysages sont magnifiques et la végétation luxuriante. Rien à voir avec les paysages du Piton de la Fournaise et de la côte ouest où nous résidons pendant cette étape réunionnaise. La descente est quelques fois raides sur le sentier étroit rendu parfois glissant par la pluie mais ne pose pas de difficultés particulières. Mais on se rend compte rapidement que le lendemain, il faudra remonter ! Comme dit Fred : “tout ce qu’on descend il faudra le remonter”. Après 3 heures d’effort, nous atteignons le village d’Ilet à Malheur où nous pique-niquons. Le village dispose d’une épicerie-bar, d’une école, d’une permanence de la PMI (protection maternelle infantile) et d’une église. Pour rejoindre Aurère, Fred décide d’emprunter une variante qu’il ne connaît pas afin d’éviter la passerelle (NJ a le vertige) et les derniers lacets d’ascension très abruptes. La variante s’avère bien plus difficile avec du dénivelé en plus. La dernière ascension depuis le bas de la rivière est éprouvante. Nous arrivons “cuits” au gîte le malfatais, sauf Fred qui repart en sens inverse pour rejoindre Elodie partie après nous ! (les joies de travailler le samedi matin)

Le gîte appartient à Gladys et Ludo qui nous accueillent avec le sourire. Ce sont des mafatais “pure souche”. Ils nous parlent de leur vie dans le cirque et des origines de son peuplement par les esclaves fuyant la côte pour se réfugier ici. Il n’ y aucune voiture car aucune route ne conduit ici. Le matériel arrive par hélicoptère qui emporte les déchets.  Les femmes enceintes prennent l’hélico pour se rendre à la maternité. Nous profitons également de la fin d’après-midi pour récupérer de nos efforts. Le gîte est confortable et nous le partagerons avec deux autres randonneuses. Avant le dîner “traditionnel” réunionnais copieux et succulent (rougaille saucisses et crevettes avec riz et lentilles, gâteau banane) – ce qu’il faut pour avoir de l’énergie pour l’ascension du lendemain ! – nous ne résistons pas au Ti-punch local. On s’écroule littéralement dans nos lits ! Le festival regaie, pour nous, ce sera une prochaine fois.

Le lendemain matin après un solide petit déjeuner, on se remet en route pour attaquer les 8 km d’ascension. Fred nous avait prévenu. Au départ, ça grimpe doucement, “c’est presque du plat “. Je crois que nous n’avons pas la même notion du mot plat ! A première vue, le sentier est moins abrupte. Nous marchons sur des corniches à flan de falaise, parfois le sentier ne fait que 50 cm de large et est taillé dans la roche. Des mains courantes ont été installées pour s’agripper. On franchi des passerelles et autres échelles. Ceux qui ont le vertige mieux vaut regarder vers le haut et avoir le coeur bien accroché (Merci Elodie pour le soutien à NJ). Quelques passages ne sont pas loin d’une via ferrata. Le sentier est splendide et la vue a coupé le souffle. C’est dur mais on se régale.

Nous nous arrêtons le long des bassins qui ponctuent le sentier. Les enfants tentent une baignade mais l’eau est fraîche. Nous traversons à plusieurs reprises la rivière, le sentier est dans le lit de la rivière à plusieurs endroits. Nous devons “escalader” les gros galets : ça tire sur les genoux, les mollets et le fessiers ! La dernière partie du sentier est très très raide et nous avons l’impression de ne jamais en voir la fin. Les lacets sont verticaux, tracés dans la pente et s’enchaînent de même que les montées et les re-descentes. C’est une des spécificités de ce cirque et de La Réunion en général. Les sentiers sont de véritables montagnes russes. Tu crois que t’es en haut, et ben non, ça redescend pour mieux remonter ensuite ! Les enfants s’accrochent et vont au bout de leurs efforts. Les 3 “grands”, Guillemette, Louis et Arthur ont fait toute l’ascension en tête en se tirant la bourre.  Gabin qui était un peu malade (gros rhume avec de la fièvre) a réussi grâce au coaching personnalisé de Fred qui pour le récompenser lui a remis et donné deux de ses médailles : celle du courage et celle de la force !

Ce n’est qu’après le dernier virage que nous voyons enfin la fin du sentier. Nous avons marché sous la pluie et arrivés en haut, nous sommes rincés ! Une belle expérience, un grand moment en famille et un grand merci à Fred et Elodie pour avoir organisé cette aventure.

 

 

 

1 comment on Randonnée dans le cirque de Mafate

  1. Bonjour la famille cassaflo Je vous suit reguliérement dans voutre voyage périeux magnifique à la fois ? Les expérience fomidable que vos enfants se rappelleron toute leur vie LES PAYSAAGES SON MAGNIFIQUES HASTA PRONTO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *