Escale de 2 jours à Dubaï la mégalo !

C’est une modification d’avion et donc de notre itinéraire qui nous fait se poser à Dubaï aux Emirats Arabes Unis, ville située au bord de l’océan Indien dans le golfe persique.

Nous n’avions pas prévu d’y aller mais quand nous avons appris qu’Air Asia avait décidé d’arrêter après seulement six mois d’exploitation sa ligne entre l’île Maurice et Singapour qui permettait de rejoindre – au moment où nous avons planifié notre itinéraire – l’Asie à moindre frais (190 €/passager seulement), il a fallu s’adapter quelques semaines avant le départ. La solution la moins “onéreuse” passée par Dubaï avec deux vols Fly Emirates en A 380, le plus gros avion du monde avec la meilleure compagnie de la planète. Afin d’éviter aux enfants deux vols de 6h30 chacun avec un stop de nuit de quelques heures, nous avons donc décidé de faire une escale de 3 nuits et 2 jours sur place pour voir de nos propres yeux la “folie” de cette ville (bon plan : prolonger son escale ça ne coûte pas plus cher !). Et comme en plus Marie-Pierre et Jean-Paul qui connaissaient notre aventure pouvaient nous accueillir chez eux, nous ferions quelques économies sur le logement pour compenser le surcoût engendré par ce changement de vol et le coût de la vie sur place car Dubaï, c’est cher voir très cher, enfin pour nous.

 

Dubaï est une ville qui a fait un choix pour préparer l’après pétrole (d’ailleurs, il n’y en a plus à Dubaï, l’essentiel via d’Abu Dabi) et l’assume : le tourisme d’affaire et de luxe avec les prix de luxe qui vont avec.  La moindre activité même pour les enfants c’est tout de suite 50 €uros/personne. A 4, ça calme rapidement ! Notre envie avec Gabin d’aller skier et surfer dans le ski dôme, histoire de dire fièrement “Nous, on a skié à “Dubaï” s’est arrêtée nette ! D’ailleurs nous l’avions expliqué aux enfants avant de s’y poser et ils ont pu le constater de leurs propres yeux en allant visiter l’un des plus grands magasins de bonbons du monde dans le plus grand centre commercial du monde :  la sucette est 4 €uros et le prix d’un seul M&M’s, c’est le tarif du paquet en France !

Car Dubaï c’est surtout un immense supermarché du luxe, géré comme une entreprise avec ses départements transports, hôtellerie, commerce, finance, sécurité….Et ces départements sont eux-mêmes organisés en division. Par exemple, le département transport comprend les divisions “aérien” (Fly Emirates), “taxi” (toutes les compagnies sont publiques),” Bus”, “Bus touristiques”, “tramway”… Il faut donc générer beaucoup de cash et que le résultat net soit positif en fin d’année d’où la construction d’immenses “temples” dédiés au “dieu” consommation. La plupart des attractions se trouvent d’ailleurs dans des immenses centres commerciaux. Le tout est  saupoudré d’un Etat policier avec caméras de surveillance partout et carte de résident biométriques avec emprunte rétinienne et ADN où, au moindre écart, on te menace de te retirer ton visa de résident pour te foutre à la porte manu militari dans le meilleur des cas, voir en prison quand les touristes féminines sont victimes d’agressions sexuelles pour faire échos au sujet du moment en France (ndlr : c’est un tort quand on voyage mais on continue de suivre un peu l’actualité du pays). Essayer de louer son logement sur Airbnb, c’est prendre des risques inconsidérés. C’est l’avertissement immédiat la première fois et si le Département du développement économique t’y reprends une seconde fois sans avoir payer la Licence, c’est la porte. Dubaï ne tolère pas que l’on fasse concurrence à ses hôtels qu’elle doit absolument remplir. Ici, Airbnb a été “tué” dans l’oeuf.

Bon vous l’aurez compris, Dubaï, on a pas trop aimé. Mais alors pourquoi être aller à Dubaï si t’en as pas les moyens ?

Primo, grâce à Sarah, nous savions q’il y avait une douzaine de bons plans quasi gratuits à y faire : spectacle des plus grands fontaines du monde, musée de Dubaï (très bien conçu pour comprendre l’histoire de la ville et le mode de vie des bédouins), vue de l’aquarium, la plage …

Secundo parce que comme dit plus haut, nous voulions voir cette citée sortie du désert en quelques décennies de nos propres yeux, et nous rendre compte par nous même que ce modèle de développement ne sera pas durable pour l’avenir. Cela fait parti des fils conducteurs de notre voyage. D’ailleurs naît en 40 ans, cette ville existera t-elle toujours dans 40 ans en plein réchauffement climatique ? La ville en subit déjà les premiers effets. Aux côtés des très fortes chaleurs l’été avec des températures atteignant les 50°C qui ont tendances à se prolonger au-delà – nous c’était l’automne, il faisait 35°C et pour les “locaux” c’est inhabituel à cette période de l’année – la ville connaît des jours de pluies. De 3 par an en temps normal à une douzaine ces dernières années. Il peut pleuvoir une semaine complète. Vous me direz que de l’eau dans le désert ça ne peut pas faire de mal. Sauf que le désert de Dubaï  a laissé la place à  une artificialisation de ses sols, et l’eau de pluie absorbée normalement par le sable ne l’est plus et ruisselle dans la ville avec l’urbanisation croissante d’autant plus aucun réseau de collecte d’eau de pluie n’a été prévu !

 

La climatisation omniprésente partout à outrance jusqu’aux arrêts de bus. Une production d’eau potable désalinisée qui coûte cher en énergie à produire pour satisfaire les besoins des 4 millions d’habitants. 84 000 chambres dans des hôtels tous quasi de luxe qu’il faut remplir. Une organisation de la ville pensait en terme de classes sociales et de niveau de richesse : les plus riches bénéficiant même de facilités jusqu’aux contrôle des passeports à l’aéroport avec file et agents dédiés. Pour le plaisirs des yeux, nous avons néanmoins apprécié le bal des luxueueses voitures de sport dans les larges avenues au trafic plus que dense. Nous vous épargnons notre petit couplet sur les commentaires de l’audio guide à la gloire de l’Emir ceci, du Check cela, de la famille trucmuche et autres superlatifs en tout genre : “une ville stratosphérique”, “meilleurs médecins du monde”, “plus grand hôtel du monde”, “plus grande tour du monde”, “plus grand aquarium du monde”, la bouteille de Pastis la plus chère du monde aussi… le plus gros MELON du monde ça c’est certain ! Faut dire que ce sont les 92 % d’étrangers qui y vivent qui se tapent tout le boulot.

Mais reconnaissant néanmoins à Dubaï d’avoir su tirer partie de l’appât du gain facile du génie créatif des hommes avec la construction d’immeubles laissant libre court à l’imagination de ses architectes, aux formes époustouflantes inspirés de l’art islamique et défiants quelques fois les lois de la nature avec la Burj Khalifa la plus haute tour du monde et ses 828 m mais bientôt dépassée par une autre entrain de sortir du sable et qui atteindra 1,2 km de hauteur ! Quand on circule dans Dubaï, on a l’impression d’être un peu dans les villes futuristes des films Le 5ème élément  de Luc Besson et de Metropolis de Fritz Lang.

 

Pour voir le maximum de choses, sur le conseil de Marie-Pierre, nous avions choisi pour la première fois de notre vie de prendre un bus touristique à étage comme en trouve dans toutes les grandes villes de la planète, certainement le meilleur moyen pour circuler, de s’arrêter aux endroits clés et d’en voir le maximum sur une si courte escale. Il fallait rentabiliser notre investissement (zut, je parle comme un dubaïote) et nous avons réussi quand même à négocier auprès d’un vendeur de rue une journée supplémentaire pour le prix d’un billet 24 h : 128 €uros quand même le Pass famille à 4 ! Quand on vous dit que c’est cher … Voici une sélection de photographies prises par NJ.

3 comments on Escale de 2 jours à Dubaï la mégalo !

  1. Honte à moi, j’y ai mis le temps mais j’ ai enfin lu ce parfois drôle et instructif article . Décidement Dubai repose sur l’ image qu’ elle essaye de se donner. Le voyage , c’ est à mes yeux exactement cela: confronter sa vision du monde, au monde. Bon, on peut pas dire pour le coup qu’ ils auront su transformer la vôtre sur cette destination!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *