Toute la chaleur de la Terre de Feu chez Cristina et Violeta

De la traversée du détroit de Magellan jusqu’à Ushuaia, c’est un road trip d’une semaine qui nous attendait pour cette incursion en Argentine pour partir explorer l’île de la Terre de Feu. Nous ne pouvions pas rater l’occasion d’aller dormir chez les habitants du coin pour s’empeigner de l’atmosphère et de la cuisine locale fait à la maison. Nous avons donc réalisé deux échanges « en immersion » chez Cristina à Rio Grande et chez Violeta à Ushuaia. Nous vous racontons notre expérience chez nos hôtes et les activités que nous avons pu mener.

 

L’Itinéraire

 

Nous avons dormi une première fois chez Cristina à Rio Grande

 

Partis à 7 h du matin de chez notre hôte Rodrigo à Puerto Natales en Patagonie Chilienne, nous arrivons en fin d’après-midi chez Cristina à Rio Grande après une longue journée de voiture (600 km) sur les routes assez monotones de Patagonie et de la terre de Feu avec quand même au passage la traversée mythique du détroit de Magellan en embarquant avec la voiture sur le transbordeur à Punta Delgada. Chez Cristina, nous avons décidé d’y passer 3 nuits : la première en « descendant » vers le bout du monde et les deux autres au retour lors de notre remontée vers Punta Arénas. C’est un échange avec Guestpoints en présence de notre hôte.

Cette dernière était sur le point de partir quand nous sommes arrivés. En effet, jeune retraitée dynamique, Chritina assure encore quelques heures de travail par semaine. Elle nous accueille avec le sourire dans un français impeccable appris au collège et qu’elle continue d’entretenir. Elle nous fait la visite de sa maison, nous montre nos 2 chambres, nous remets les clés et nous dit qu’elle revient vers 20 h. Nous nous sommes sentis bien tout de suite : une maison caractéristique de la ville, simple et propre dans une ambiance amicale. Nous lui proposons de diner ensemble ce qu’elle accepte. Le temps d’aller faire quelques courses de préparer des spaghettis à la bolognaise « maison », voilà notre hôte de retour. Le diner est l’occasion d’échanger sur le voyage et les échanges de maison. D’ailleurs depuis que ses enfants ont quitté la sienne, elle est devenue une adepte de l’hospitalité à domicile en étant inscrite sur plusieurs plateformes de Couchsurfing et sur Guesttoguest.fr bien entendu. Elle voyage aussi de cette façon en allant à la rencontre des « locaux ». D’ailleurs, quelques mois auparavant, elle avait séjourné 3 mois en France avec ce mode d’hébergement.

Après une bonne nuit de sommeil, nous reprenons la route pour Ushuaia en début d’après-midi après avoir fait l’école aux enfants le matin. Caristina nous a dit de garder les clés de chez elle pour notre second séjour chez elle. En partant, nous passons voir le monument commémorant la guerre des Malouines. C’est de Rio Grande qu’embarquèrent d’ailleurs la plupart des jeunes soldats argentins lors de ce conflit avec les britanniques. Le traumatisme de la défait est encore très présent et partout le long des routes on peut voir les panneaux « las islas Malvinas son argentinas ».

 

Après une heure de route, nous apercevons de nouveau la Cordillère des Andes  que nous avions perdue de vue en quittant Puerto Natales et qui à cet endroit oublie sa direction Nord-Sud pour suivre une ligne Est-Ouest obligeant le franchissement de la montagne par le fameux col Garibaldi. D’ Ici jusqu’à la vile du bout du monde, les paysages sont magnifiques entre montagnes, forêts, lacs, routes lancinantes et la vue sur le canal de Beagle en arrivant sur les hauteurs de la ville où nous attendait Violetta.

 

Nous avons dormi chez Violeta “au bout du monde”

 

Ushuaia n’est plus un village. C’est désormais une ville d’environ 50 000 habitants devenue la capitale de la région Terre de Feu, Antarctique et Îles de l’Atlantique Sud, la dernière crée en Argentine. La ville est en pleine frénésie immobilière, les routes ne sont d’ailleurs pas toutes terminées et il y a beaucoup de poussière et pas que les jours de vent ! La ville revendique fièrement être le bout du monde, un argument touristique qui ne résiste pas à l’examen des cartes géographiques car la ville la plus australes se trouve en face de l’autre côté du canal de Beagle : Puerto Williams la chilienne. Mais reconnaissons que la route qui traverse toute l’Amérique du Nord au Sud s’arrête effectivement à quelques kilomètres de la ville.

 

C’est un échange de 4 nuits avec Guestpoints que nous avons finalisé chez Violetta et Andrés son mari. Là encore, depuis que les enfants sont partis, il y a des chambres de disponibles et l’accueil à domicile des voyageurs est devenu un mode de vie. Leur maison est à la périphérie de la ville, au calme. La maison est superbe et le couple nous met à notre disposition 2 chambres très confortables avec tout le nécessaire pour passer un bon séjour. Nous avons accès à toutes les pièces de la demeure que le couple a pensé et fait construire. Ils nous ont donné des infos sur ce qu’il y a d’intéressant à voir et surtout les pièges à touristes à éviter. Nous avons eu beaucoup d’échanges en particulier sur le système scolaire argentin et la situation économique du pays car ici, les enseignants ont très souvent deux emplois tellement les salaires sont bas. Nos hôtes le savent bien puisque Violetta est une enseignante en arts fraichement retraitée et Andres est encore professeur de biochimie en lycée pour quelques mois. Nous avons pris nos diners ensemble. Le second soir, le couple nous avaient cuisiné des cannellonis recette familiale de Mendoza dont ils sont originaires. Le lendemain, ils ont découvert le hachis parmentier aux champignons, recette d’Angelina de Nay ! Ces dîners ont été l’occasion de découvrir la culture argentine avec la musique en fond sonore et la dégustation de vins du pays. Nous nous sommes régalés !

 

Autour de la ville, il y a beaucoup de choses à voir et d’activités nature à découvrir. Nous avons passé trois journées bien remplies à découvrir la ville et explorer le parc national de Terre de Feu.

 

Nous avons également randonné jusqu’au glacier Martial qui surplombe la ville et qui l’alimente en eau douce. Le bas du glacier est à environ 900 mètres d’altitude en cette fin d’été australe et culmine à 1300m au-dessus du canal de Beagle. Nous  sommes partis de +325m, pour un dénivelé de 575 m avalé en 1h30. Arrivé en haut, une pause déjeuner bien méritée avant de redescendre. Les enfants ont bien assuré pendant l’ascension et étaient contents de pouvoir jouer avec la neige. D’en haut superbe vue sur Ushuaïa, le canal de Beagle et les montagnes du Chili. Mais en un siècle, ce glacier a perdu 70% de sa superficie et devrait disparaître dans quelques années avec le réchauffement climatique et le trou dans la couche d’ozone qui affecte cette région du globe. A ses origines, le glacier s’étendait jusqu’à l’océan à l’emplacement actuel de la ville.

 

En quittant Ushuaia pour remonter vers Rio Grande, on part à la découverte de la pointe Est de la Terre de Feu à la recherche des fameuses fraises cultivées ici (sous serre !) que nous n’avons évidemment jamais trouvé mais l’occasion de traverser de belles forêts.

 

Nous avons dormi une seconde fois chez Christina à Rio Grande

 

Après avoir avalé les 200 km qui séparent ces deux villes, c’est en début de soirée que nous arrivons chez Christina. On s’installe de nouveau comme à la maison : diner, une douche et au dodo car nous sommes bien fatigués.

 

 

Le lendemain, après l’école le matin, nous visitons le centre de Rio grande et le musée de la ville. Pour notre dernière soirée en Terre de feu, Cristina nous avait mitonné un LOCRO, le plat traditionnel argentin accompagné des vins du pays. Toute l’hospitalité que nous apprécions dans ces échanges de maison et ces rencontres depuis notre départ. Pour l’occasion, elle avait convié quelques amies qui parlent le français. Une soirée riche en échanges et l’occasion de dresser tous un même constat : la langue française qui était enseignée au collège et au lycée dans tout le pays ne l’est plus que dans quelques établissements de la capitale et l’influence française qui était très forte en Argentine, en particulier dans la culture et les arts, appartient désormais à l’histoire.

 

 

Après un dernier petit déjeuner avec notre hôte, nous avons repris la direction de Punta Arénas où nous prenions notre vol le lendemain pour la région des lacs. Nous avons refait le chemin en sens inverse traversant une seconde fois le détroit de Magellan. Arrivés à Punta Arénas dans l’après-midi, nous avons été visité le musée Magellan et avons pu monter à bord de la réplique d’un des 4 bateaux de ce navigateur qui découvrit ce passage entre l’Atlantique et le Pacifique, et effectua par la même le 1er tour du monde de l’histoire prouvant ainsi que la Terre était bien ronde. Nous, il nous reste encore quelques territoires à parcourir et encore de belles rencontres à faire avant de boucler notre premier tour du monde.

 

2 comments on Toute la chaleur de la Terre de Feu chez Cristina et Violeta

  1. Wonderful votre voyage et c’est chaque fois un plaisir de vous lire !
    Anne (une cousine “éloignée” de la famille Cassaro).
    Bises à tous les 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *