Machu Pichu : la récompense au bout de l’effort !

C’est depuis chez Maria à Urubamba que nous avons organisé notre visite du Machu Pichu à l’aide du site internet Voyageperou.info, une vraie mine d’or pour préparer son voyage dans ce pays et organiser ces visites. Cinq jours avant notre visite, Rudo est allé acheter les billets directement à Cuzco car il est impossible d’acheter en ligne les billets pour les enfants qui paient moitié prix. Nous prenons un billet double pour le groupe 1 du matin incluant la visite du site archéologique ainsi que l’ascension de la montagne Machu Pichu qui le surplombe.

 

Comme nous n’avions pas envie d’engraisser l’entreprise privée qui gère les 2 compagnies de train les plus chères du monde au kilomètre parcouru qui mènent à Agua Callentes , le village situé aux pieds du Machu Pichu (appelé aussi Machu Pichu Pueblo) inaccessible par la route car il n’y en a tout simplement pas, pour diviser le prix du transport par 4, le 1er jour nous avons fait 5 h de van depuis Urubamaba (dont 1h30 sur une petite route «de la mort») suivies de 2 heures de marche le long de la voie ferrée pour atteindre le dit village. Le lendemain, nous avons fait le chemin inverse. (NDLR : en train 113 dollars minimum par personne pour faire l’aller-retour depuis Ollantaytambo, durée 1h30 l’aller).

 

[Les différentes façons de se rendre au Machu Pichu sont très bien expliqués sur voyageperou.info avec tous les horaires et les prix avec un descriptif précis des parcours. Comme c’est très bien fait, on vous renvoi directement sur ce site internet]

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que les enfants ont assuré et nous ont épaté lors de notre « expédition » de 2 jours vers la citée perdue des Incas où ils ont effectué leur plus grande randonnée jusqu’à ce jour.

 

Le 1er jour, couchés à 21 h pour se lever à 4h du matin pour gagner en bus l’entrée du site du Machu Pichu située à 2430 m d’altitude où nous entrons sur le site à 6h30. Nous avions décidé d’épargner aux enfants l’ascension depuis Agua Callentes en payant le bus (12 dollars de trajet pour les + de 12 ans et 7 dollars pour Gabin).

 

Nous sommes d’abord partis s’échauffer dans les nuages sur le chemin qui mène à «la porte du soleil» avant de le redescendre pour attaquer l’ascension de la montagne Machu Picchu (ouverture à 7h) qui surplombe le site archéologique du haut de ses 3070 m soit 540 m de dénivelé positif : 1900 marches à gravir dont on en a conclu qu’un adulte incas ne devait pas faire plus de 28 en taille de pieds ! L’ascension est raide et rude. Arrivés à 2850 m, nous décidons d’en rester là pour garder de l’énergie pour la grande redescente jusqu’à Hydroelectrica (1800 m) où nous attend le van, soit plus de 1000 m de dénivelé négatif le long des « terribles » escaliers incas et de la voie ferrée empruntée la veille. Devant quitté le site avant 12h30 (les nouvelles règles en vigueur depuis 2017), nous estimons également que nous n’aurons pas assez de temps pour visiter la forteresse si nous poursuivons jusqu’au sommet.

 

 

De la haut, à 10h du matin, quel plaisir de voir enfin le soleil enfin percé les nuages et nous révéler la citée perdue que nous sommes ensuite allés explorer dans son magnifique écrin. Jusque là nous n’avions presque rien vu de la forteresse incas : Rudo touche enfin son Graal ! Nous redescendons plus rapidement que nous avions grimpé les marches et partons explorer le site archéologique dans son magnifique écrin. Nous quittons le site vers 12h30 comme stipulé sur notre billet et attaquons la grande descente. Nos arrivons vers 16h à Hydroelectrica pour prendre le Van qui nous ramène à Urubamba que nous atteignons vers 21h.

 

 

Lors de cette seconde journée, nous aurons randonné 9 h soit 11h de marche en 24 h !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *