Un tour du monde où nous avons dormi chez vous c’est possible !

S’il faudra encore un peu de temps pour tirer un bilan de notre tour du monde en famille, on peut déjà en faire un sur l’un des fils conducteurs de notre voyage à savoir, aller à la rencontre des habitants comme nous l’expliquions avant notre départ dans notre article Nous irons dormir chez vous. C’était d’ailleurs le leitmotiv de notre projet, quelque chose qui nous tenait vraiment à cœur. Pour le résumer, nous souhaitions aller à la rencontre des habitants des  pays visités pour vivre un « peu » comme les locaux tout en pratiquant aussi l’échange de maison pour pouvoir se poser un peu sans être tout le temps dans la course permanente du voyage, en rayonnant simplement autour de notre logement pour les visites et les activités, et retrouver de temps en temps une vie de famille un peu comme à la maison.

 

Voilà pourquoi nous avions choisi la plateforme collaborative GuestToGuest.fr qui propose des échanges de maison partout dans le monde, en simultané ou en différé, et qui permet également d’être accueillis chez les hôtes un peu en mode couchsurfing pour vivre une expérience locale.

Comment se sont déroulés nos échanges ? Est-ce que la plateforme a répondu à nos attentes du départ ? Combien avons-nous économisé sur nos hébergements ? C’est ce que nous allons vous raconter dans cet article à commencer par vous donner des chiffres, tous les chiffres !

 

Fakarava aux Tuamutus : avouez qu’il y a pire comme endroit pour faire un échange de maison !

 

 

Sortez la calculette !

11 mois de voyage c’est 48 semaines à parcourir le monde et par conséquence 334 nuits où il faut dormir.

Nous avons conclu 44 échanges avec GuestToGuest ce qui représentent un total de191 nuits soit un peu plus de 57% de nos nuitées. C’est une grande satisfaction pour nous car lors de notre préparation, nous nous étions fixés comme objectif d’atteindre 25%. Si nous ajoutons notre volontariat au Cambodge, nos 2 nuits dans un village San au Botswana, notre passage à l’île de Pâques chez Frederico et nos séjours dans notre famille à La Réunion et sur l’île Maurice, nous arrivons à 66 % de nos hébergements chez des « locaux »  avec une répartition totale de nos hébergements tout à fait étonnante :

  • 1/3 en échanges de maison « classique » où nous avions la maison pour nous tout seul et en rencontrant presque toujours leurs propriétaires,
  • 1/3 où nous étions accueillis et partagions la vie des familles dans leur maison,
  • Le 1/3 restants étant tous les types d’hébergements possibles (nuits dans l’avion, le bus ou le train, sous la tente, guesthouse, hôtel, Auberge de jeunesse, gîte, location d’appartement …

Sur les 21 pays ou territoires français parcourus, nous avons réussi à conclure des échanges pour 15 de nos destinations. Comme écrit plus haut, à La Réunion et à l’île Maurice, nous n’avons pas prospecté puisque nous étions déjà hébergés. Nous n’avons pas finalisé d’échanges au Botswana où nous avions choisi de dormir en camps sous des tentes safari, en Zambie pour voir les chutes Victoria car nous avions déjà un bon plan dans une auberge de jeunesse, à Sydney où nous n’avons passé que 2 nuits en plein été australien (c’était la très haute saison et aucune disponibilité) et en Bolivie où n’avons pas pu finaliser d’échange.

 

Cette maison n’est pas échangeable mais le village des Hobbits est situé près de chez Sveta en Nouvelle-Zélande.

 

Pour certains pays, nous avons séjourné entièrement avec GuestToGuest.fr : Dubaï, La Nouvelle-Zélande, la Polynésie Française, la Terre de Feu en Argentine, le Pérou, l’Équateur, le Panama et le Costa Rica. Au Chili, cela a représenté aussi 90% de notre hébergement.

Pour 21 de nos 44 échanges (mais en fait 43 car nous avons séjourné 2 fois à Johannesburg chez John et Jill tellement nous y étions bien pendant notre road trip en Afrique australe), c’était la toute première fois que nos hôtes accueillaient des invités avec GuestTotGuest en particulier en Polynésie et en Amérique du Sud. Pour l’anecdote, nous avons réalisé également le premier échange de la plateforme en Namibie, à Fakarava dans les îles Tuamotu et dans la vallée sacrée des incas au Pérou près du Matchu Pichu.

La durée de nos séjours a été variable avec une moyenne de 4,5 jours par échange :

  • En immersion chez nos hôtes, de 2 à 10 jours
  • En échange de maison, de 4 à 10 jours.

 

Combien avons nous économisé sur notre hébergement ?

Nos 191 nuits en GuestToGuest nous aurons coûté au total 928,50 € qui correspondent aux frais de caution et d’assurance quand nos hôtes en demandaient ce qui n’a pas été souvent le cas, soit une moyenne de 5,04€/nuit …à 4 ! Nous expliquions dans notre article Nous irons dormir chez vous le fonctionnement de la plateforme.

|Depuis le 26 juillet, le système de caution et d’assurance a été modifié puisque les deux ont été regroupées dans une offre unique à 10€/nuit quelque soit le nombre d’invités, offre que l’hôte peut ou ne pas activer dans son profil. A partir d’octobre 2018, la plateforme proposera également un abonnement à 130 €/ an qui couvrira la caution et l’assurance, pratique et moins onéreux que de payer à la nuitée si on pratique l’échange de maison au moins 2 semaines/an.]

5.04 € par nuit pour 4 personnes, difficile de faire plus économique. Au cours de notre séjour, nous n’avons jamais obtenu ce prix pour nos autres modes d’hébergement. Le moins chère a été de 10 € en Thaïlande à Jungle Zone et nos enfants nous en parlent encore car c’était vraiment … la zone. Alors combien avons-nous économisé au total ? C’est difficile à calculer avec précision mais sachant qu’en moyenne en Afrique australe on se logeait pour 49 €/nuit, en Asie autour de 20€, Dubaï, la Nouvelle-Zélande et la Polynésie il faut compter entre 80 et 100 € minimum, l’Amérique du Sud 20 à 30 €, notre estimation est une fourchette comprise entre 8000 et 10 000 euros d’économies ce qui est considérable dans un budget de tourdumondiste. Si nous n’avions pas expérimenté la plateforme, nous serions partis quand même puisque nous avions notre budget pour nous envoler. Simplement, nous aurions dépensé notre argent autrement. Les économies réalisées nous ont permis de faire plus d’activités comme les certifications de plongée des enfants à Mooréa ou remplacer les longs et lents transports terrestres en Amérique du Sud par des vols intérieurs ou des locations de voitures.

 

Payer moins pour avoir plus

Au-delà du prix, c’est surtout en confort que nous avons gagné par rapport à un hébergement de voyageurs plus classique. Au lieu d’une chambre pour 4, nous avions au minimum deux chambres à notre disposition quand nous étions accueillis chez nos hôtes, un accès à toutes les commodités comme la cuisine, le salon, la machine à laver, à internet, à la piscine quand il y en avait une et quelques fois même à un véhicule mise à disposition par nos hôtes.

 

En échange de maison « classique », tout la famille a apprécié d’avoir son espace vital parce qu’être 24h/24 ensemble, ce n‘est pas toujours évident. Les enfants (et les parents aussi !) ont aimé avoir leur chambre rien qu’à eux et  pouvoir se cuisiner de bons petits plats. Et dans un voyage au long cours un peu de confort ça remonte le moral, ça repose, ça fait du bien. Et c’est encore plus vrai quand on dort dans des maisons d’exception comme à Siem Reap près des temples d’Angkor ou au Costa Rica car sur GuestToGuest, on trouve tous les types de maison et d’appartement, de la cabane de Piero sur une plage du Pérou à la villa de luxe au Cambodge en passant par la maison en bois duplicable à l’infini en Patagonie et les anciennes cabanes de pêcheurs de perles aux Tuamotu rénovées par leurs propriétaires. D’avoir vécu et dormi dans tant de maisons différentes, ça donne un charme supplémentaire à notre voyage et surtout pleins d’idées pour aménager la notre.

 

 

L’hospitalité, une valeur universelle

Mais si nous avons fait des économies tout en gagnant en confort, que dire de l’accueil que nous ont réservé nos hôtes qui nous ont reçus très souvent comme des membres de leur famille comme si nous nous connaissions depuis toujours.

Quand nous avons sonné le premier jour de notre voyage chez John et Jill à Johannesburg pour notre premier échange en immersion dans leur famille, nous n’en menions pas large. Certes, il y avait eu les échanges via la messagerie du site pour préparer notre séjour mais venir chez quelqu’un qui te reçoit chez lui et que tu ne connais pas, ce n’est pas forcément évident. Dès que la porte s’est ouverte, nous avons su tout de suite que nous passerions de bons moments avec eux. Et cette « magie » s’est répétée à chaque fois que nous étions accueillis au sein d’une famille. Pour cela, nos enfants ont été des facilitateurs de contact trop contents de retrouver quelques fois des comparses de leur âge pour s’amuser.

 

 

Cuisiner a été aussi le moyen de rompre « la glace » pour partager les repas pris en commun. Quand ce n’était pas notre cordon bleu qui faisait découvrir la cuisine française à nos hôtes en préparant des crêpes sucrées/salées, un hachis parmentier à la nayaise, des lasagnes à la florentine …c’était nos hôtes qui nous faisaient partager les plats et les recettes de leur pays tout en savourant les vins du coin. Aujourd’hui encore, nous sentons l’odeur des cannellonis façon Mendoza à Ushuaia, le barbecue préparé par Rodrigo à Puerto Natales, le locro plat traditionnel argentin mitonné par Christina à Rio Grande qui avait convié pour l’occasion quelques amis qui parlaient le français, quand carrément, ils nous enmenaient  au restaurant pour nous faire découvrir la cuisine traditionnelle. Un article entier ne suffirait pas à décrire ces expériences alors nous vous renvoyons vers la rubrique “Nous sommes vos invités” sur notre site internet pour en apprendre un peu plus.

 

« L’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne »

Dormir chez les locaux, c’est explorer aussi des lieux qui ne sont pas toujours dans les guides touristiques avec des hôtes qui apprécient que vous vous intéressiez à leur culture et qui sont heureux de vous faire visiter leur ville et découvrir leur pays. De Xavier à Cuenca qui vous promène dans le parc national de Cajas en entrant par un chemin connu des seuls natifs du coin à Maï Han et Jean Marc qui nous ont organisé une ballade à moto et en scooter pour découvrir autrement Ho Chi Minh Ville en passant par Valparaiso où Helga Maria nous avait édité un petit guide maison et nous a fait aimé la musique du Chili, nos hôtes ont été souvent mieux qu’un guide, n’hésitant pas à nous conseiller pour nos visites et nos itinéraires.

 

 

C’est d’ailleurs avec notre hôte Jean Charles sur l’atoll de Fakarava que nous sommes allés plonger au milieu des requins et des poissons de toutes les couleurs dans l’une des 7 réserves biosphères mondiales classée UNESCO. C’est aussi à Fakarava grâce à Cédrik qui nous avait accueilli chez lui à Moorea que nous avons pu visiter la ferme perlière de Lucien qui n’est pourtant jamais ouverte au public. Ce que nous avons vécu avec toutes ces personnes, ça n’a pas de prix. Et nos hôtes, comment ont-ils vécu leur expérience avec nous ? C’est à découvrir sur notre profil GuestToGuest.

 

 

Nos hôtes ont toujours été prêts à nous rendre service pour nous faciliter notre voyage comme Glen par exemple venu nous chercher à l’aéroport de Wellington à minuit ou Raynera nous conduisant directement au poste frontière entre le Panama et le Costa Rica, négociant avec les loueurs de voiture pour ne pas qu’on se fasse « arnaquer ». Tous pleins de petits services qui vous facilitent le quotidien en voyage. Et que dire de Xavier et de Maria qui se sont occupés de tout quand nous avons dû hospitaliser Gabin en Équateur, une histoire que nous vous racontons dans la vidéo ci-dessous.

 

 

Concrètement, comment nous sommes nous organisés ?

Nous avons envoyé des demandes dans le monde entier (enfin juste les pays de notre itinéraire !) dès le mois de mai 2017 soit 3 mois avant notre départ. Autant vous dire que nous avons gagné très rapidement les Guestpoints supplémentaires promis par le site auxquels se sont ajoutés les parrainages de nos proches amis, amis des amis … Comme nous avions déjà acheté nos billets d’avion, nous connaissions exactement les dates pour certaines destinations et pour les autres à peu près la période où nous y serions ce qui nous a permit d’établir des premiers contacts et d’échanger avec nos hôtes. Nous avons envoyé des messages en anglais et en espagnol quand c’était nécessaire en expliquant notre projet. Nous avons finalisé nos échanges 7 mois à l’avance pour la Polynésie et la Nouvelle-Zélande et jusqu’à la veille pour un logement de dernier minute en Équateur.

Autant le dire tout de suite nous n’avons conclu aucun échange de maison en simultané. Notre tour du monde était très hémisphère sud : les saisons et les périodes de vacances scolaires ne correspondaient pas. Nous avons finalisé quelques échanges en différé et nous allons également recevoir certains de nos hôtes en 2019 et 2020 pour une immersion dans notre famille dans notre maison, et nous sommes déjà impatients de les retrouver en Béarn.

 

Chez David et Olivia à Tahiti qui nous ont laissé leur maison et leur voiture pour une petite semaine. Nous avons ensuite fait connaissance avec nos hôtes lors d’une soirée chez eux à la fin de notre séjour en Polynésie.

 

Dans les pays que nous avons parcourus, il n’est pas évident pour les locaux de se rendre en France qui est une destination souvent chère pour eux. La plupart n’ont que 2 semaines de congés dans l’année, obtenir un visa Schengen pour venir en Europe et surtout en France relève du parcours du combattant, ou que tout simplement venir en France et accessoirement chez nous n’était pas dans leur projet mais qu’ils voulaient bien nous accueillir chez eux. La plupart de nos échanges ont donc été finalisés avec les Guestpoints et nos hôtes les utiliseront pour un autre échange dans leur pays ou une destination moins loin. C’est cette flexibilité que nous apprécions chez GuestToGuest. Un projet comme le nôtre nécessite donc beaucoup de Guestpoints et quand nous n’en avions pas suffisamment, la plateforme nous en allouait. C’est tout le sens du partenariat que nous avions conclu avec la jeune équipe dynamique de cette start-up qui avait été séduit par notre projet lorsque nous les avions contactés pour leur présenter notre voyage un peu dingue d’un tour du monde où nous irons dormir chez vous. L’équipe a été très réactive et a publié quelques-uns de nos articles sur leur blog et les réseaux sociaux.

 

Le mot de la fin

Nous avons adoré l’expérience GuestTotGuest dans notre voyage : économie sur l’hébergement, confort, rencontres variées, hospitalité qui nous ont permit d’avoir un regard particulier sur les sociétés et les pays découverts. Il est certain que sans GuestToGuest, notre périple n’aurait pas eu la même saveur. Nos enfants parlent déjà de repartir en voyage mais beaucoup moins long que celui-ci. Ils veulent aller découvrir le Japon, et vous savez quoi ? En échange de maison !

 

Cadeau-Bonus : vous ne connaissez pas ou n’êtes pas encore inscrits sur GuestToGuest ? Envoyez-nous votre adresse mail (rubrique Contact) et vous recevrez un lien de parrainage pour gagner des Guestpoints supplémentaires pour partir plus longtemps et voyager encore moins chère !

La traditionnelle partie de Bingo du dimanche soir de toute la famille de Ruben à Ibarra (Equateur). L’occasion de s’amuser et d’apprendre les nombres en espagnol !

3 comments on Un tour du monde où nous avons dormi chez vous c’est possible !

  1. BRAVO, des gens qui savent réver c’est beau, évidemment nous nous avons dans les 70 donc nous faisons d’autre voyages, seuls ou pas, et surtout nous échangeons notre maison régulièrement ce qui nous amène a découvrir des endroits que nous n’aurions pas choisis, mais cela nous convient toujours, et votre voyage va nous rendre plus audacieux…Mais GTOG est un facteur d’amitié, c’est certain…..AMICALEMENT

  2. Bonjour
    Article très intéressant qui donne des idées!
    Et du coup, des familles sont elles venues dans votre logement pendant votre tour du monde? Ou avez vous juste acquis les GPs grâce à votre partenariats avec GtG?
    Si des familles sont venues, comment avez vous géré leur accueil?
    Merci d’avance!

    1. Merci pour votre message. Nous avons fait quelques échanges pendant notre TDM et accueillerons des familles en 2019. Un proche s’occupait de notre maison pour nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *